TP au all-star game

Publié le par Damien Mutambayi

Tony Parker a mis en place une stratégie d’évolution gagnante : le « frenchy » ajoute tous les ans une corde à son arc. Il construit donc sa carrière progressivement afin de ne pas entrer dans la catégorie des joueurs qui n’ont jamais confirmé leur talent : les stars en devenir qui ne sont rien devenues, les espoirs déchus.

Lire la suite...

Son objectif cette année : l’adresse. On lui a beaucoup reproché son inconstance et son manque de fiabilité au shoot. Or c’est quelque chose d’essentiel pour une franchise candidate au titre de champion comme San Antonio que de posséder un meneur fiable, capable de shooter et de marquer aussi bien au cours des moments « classiques » du match que dans le « money time ». Résultat : TP possède cette année la deuxième meilleure adresse de la ligue avec 54,47% de réussite, juste derrière Shaquille O’Neal, une stat habituellement réservée aux « grands » (intérieurs) car ces derniers shootent (ou dunkent) généralement de plus près que les extérieurs. Son travail et sa volonté ont donc payé, encore une fois.

 

 

Un plan de carrière pertinent et récompensé

 

Force est de constater que cette stratégie fonctionne à merveille : passé de peu à côté du all­star game l’an dernier, bloqué par son coéquipier des Spurs Manu Ginobili, TP y accède cette année en tant que remplaçant : une reconnaissance importante de son talent. Il fait donc partie désormais des quatre meilleurs meneurs de la NBA (deux meneurs de chaque conférence sont sélectionnés pour le all-star game, un titulaire et un remplaçant), ce qui est réellement une performance exceptionnelle.

San Antonio est plus que jamais candidat au titre suprême et TP participe largement aux victoires et à l’évolution positive de son club : il a pris cette année une dimension supplémentaire en tournant à quasiment 20pts et 6passes de moyenne. Cela fait de lui un all­star en puissance et surtout, cela lui donne de belles perspectives d’avenir : il a déjà un niveau de jeu exceptionnel à 23 ans alors qu’un joueur atteint sa maturité en NBA aux alentours de ses 28-29 ans…Autre chose : hier, lundi 13 février, il a été élu pour la première fois de sa carrière joueur de la semaine de la conférence ouest. Une reconnaissance de plus dans l'escarcelle de TP.De quoi avoir confiance en l’avenir, si aucune blessure ne vient contrarier son évolution...

 

Son objectif avoué à terme : devenir le meneur n°1 en NBA. Logique, TP aime être le premier…

Pour ceux qui voudraient visiter son site, cliquez ici

 

Dams

Publié dans Résultat sportif

Commenter cet article