YouTube fait son trou

Publié le par L'A.M.S

Il est clair pour tout le monde que YouTube a pris une dimension telle qu’il est impossible de l’ignorer. Dans « tout le monde » j’inclus notamment les  ligues sportives et les clubs professionnels.

La plupart des clubs et des ligues montrent les crocs : en effet, des milliers d’heures de vidéos leur appartenant sont diffusés gratuitement et en toute impunité sur YouTube. Les clubs et les ligues veulent contrôler ces images car pour y avoir accès les utilisateurs doivent normalement payer, or YouTube les prive des droits que devraient payer les utilisateurs en se substituant aux moyens de diffusion payants des ligues et clubs sportifs. Le manque à gagner est donc important.

A contre-pied

Face au développement de YouTube et à l’engouement qu’il suscite, deux propriétaires des droits d’image ont décidé de ne pas suivre la tendance et ont réagis à l’inverse de leurs homologues. Il s’agit de la National Basketball Association (NBA) et du club anglais de Premier League de Chelsea.


Il y a quelques jours (fin février 2007), la NBA a signé un accord avec YouTube. En résumé, le contenu de cette accord est le suivant : Une « NBA Channel » sera créée et les fans pourront y télécharger leurs propres vidéos de la NBA , c'est-à-dire leurs vidéos personnelles des matches de la grande ligue américaine. Par contre, YouTube retirera toutes les images officielles de la NBA qui ne pourront donc pas être visionnées. Ainsi, la NBA garde le contrôle de ses images et ceux qui veulent les voir doivent passer par le canal de diffusion de la NBA et donc lui payer des droits.


Avec l’accord que le club a signé avec YouTube, Chelsea a, pour sa part, décidé d’autoriser la diffusion de certaines images d’actualités ainsi que celle d’images d’archive afin de toucher un nouveau public. Le directeur général de Chelsea, Peter Kenyon (le même qui a fait de Manchester le club le plus riche du monde) souhaite ainsi atteindre de nouveaux supporters aux quatre coins de la planète.

Nécessaire adaptation

La NBA et Chelsea ont donc décidé de s’adapter à ce nouveau pouvoir qu’ils ne peuvent contrôler plutôt que de partir en guerre contre lui. Je pense que ces deux acteurs ont fait le bon choix en s’adaptant à un acteur du marché inévitable plutôt que de l’attaquer avec des hordes d’avocats. Ce choix est largement moins budgétivore que l’attaque et plus pertinent il me semble.


Que pensez-vous de la réaction de la NBA et de Chelsea face à YouTube ? Ont-ils eu raison de passer un accord ou auraient-ils dû faire comme les autres et attaquer le site Internet en justice ?
 

 

L’A.M.S

 

Source : Sportstratégies , www.sport24.com
Un article traitant du même sujet à consulter sur le blog : La Semaine du Marketing Sportif

Publié dans Sport & Marketing

Commenter cet article